Depuis quelques jours sur Instagram de nombreuses marques mettent en avant via « un ticket de caisse » partagé dans leurs stories, le prix détaillé des différentes étapes de production de leurs pièces ainsi que la marge qu’elles s’attribuent. C’est @maisoncleo, label de mode français, qui est à l’initiative de cette vague de transparence avec l’énumération des coûts de production de sa « Julie Cotton Blouse » et les consommateurs semblent déjà conquis.

Maison Cléo

On retrouve alors sur ce ticket le prix de la matière première, le prix de la production, le montant des taxes nationales, les frais de marketing (shooting - pub), le pourcentage de com des revendeurs,…

Ticket Maison Cléo

Les marges nettes des créateurs - fervents défendeurs et partisans du slow fashion - dont nous vous parlons chaque jour sont souvent deux ou trois fois moins élevées que celles des vêtements issus du fast fashion. Il est alors important de rappeler aux clients qu’ils paient principalement pour la pièce, sa création et sa matière première : la qualité en somme. Et que la marge récompense le temps, l’idée, l’initiative et encourage le Made in Local à se développer !

Les reproductions de ce ticket pour des vêtements de marques du monde entier sont désormais partagés par dizaines sur les réseaux sociaux et ce n’est que le début !

@mardi_editions détaille les coûts de production de sa blouse Pauline, @fairerevivre de son Shrimp Necklace, @mood.paris de sont maillot 14 Juillet Aquamarine @salutbeaute_ de son pantalon air uniform. Et les exemples sont nombreux…

Les marques reprennent la parole, en marge de la communication « peer to peer » si actuelle et appréciée et défendent par elles-même l’authenticité de leurs productions et la véridicité de leurs propos. Elles cherchent à trouver ou retrouver la confiance de leur audience et le pari a l’air assez réussi.

Félicitations @maisoncleo pour cette belle idée qui fera, on l’espère, réagir les fast consommateurs et leur donnera de nouvelles habitudes !